Derniers articles

Mieux comprendre les troubles menstruels et trouver des solutions

Les troubles menstruels affectent de nombreuses adolescentes et jeunes femmes, perturbant leur quotidien et leur bien-être. Bien que fréquents, ces problèmes restent souvent méconnus et mal compris. Cet article vise à éclairer sur les troubles menstruels courants et à proposer des solutions pour une meilleure gestion de la santé menstruelle.

Les douleurs menstruelles, ou dysménorrhée, se manifestent par des crampes intenses dans le bas-ventre, souvent accompagnées de maux de dos et de douleurs aux cuisses. Causées par des contractions utérines excessives, ces douleurs peuvent être invalidantes. Les médicaments en vente libre comme l’ibuprofène peuvent aider. L’application de compresses chaudes sur le bas-ventre et une activité physique modérée sont également recommandées pour soulager les crampes.

Le syndrome prémenstruel (SPM) entraîne des symptômes tels que la fatigue, l’irritabilité et les douleurs mammaires, apparaissant une à deux semaines avant les règles et disparaissant après leur début. Une alimentation équilibrée, réduisant la consommation de sel, de sucre et de caféine, peut atténuer les symptômes. La pratique du yoga ou de la méditation aide à diminuer le stress, et la prise de vitamines B6 et de magnésium peut être bénéfique.

L’aménorrhée, ou absence de règles, peut inquiéter et résulter de troubles hormonaux, de stress, ou de changements significatifs de poids. Une consultation médicale est souvent nécessaire pour en déterminer la cause. Il est important de consulter un professionnel de la santé pour un diagnostic précis et des conseils personnalisés. Des techniques de gestion du stress, comme la relaxation, peuvent aussi être utiles.

Des règles excessivement abondantes, ou ménorragie, peuvent causer une fatigue importante et une anémie, souvent liées à des déséquilibres hormonaux ou des problèmes médicaux sous-jacents comme les fibromes. Les suppléments de fer peuvent prévenir ou traiter l’anémie. Les contraceptifs hormonaux peuvent aider à réguler les cycles menstruels. Dans les cas graves, une consultation avec un spécialiste est nécessaire pour des options de traitement plus spécifiques.

La clé pour gérer efficacement les troubles menstruels réside dans l’éducation et la sensibilisation. Les jeunes femmes doivent être encouragées à parler de leurs symptômes et à chercher de l’aide médicale quand nécessaire. En adoptant des mesures préventives et en suivant les conseils des professionnels de santé, il est possible de vivre plus sereinement son cycle menstruel.

Pour plus d’informations et des conseils personnalisés, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé. La compréhension et la gestion proactive de ces troubles peuvent transformer positivement la vie des adolescentes et des jeunes femmes, leur permettant de se concentrer sur ce qui compte vraiment.

© Dmytro Skrypnykov / Getty Images

Les serviettes hygiéniques : entre avantages et inconvénients

Dans la vie de nombreuses femmes, l’utilisation de serviettes hygiéniques est une réalité incontournable. Cependant, derrière cette commodité se cachent à la fois des avantages et des inconvénients qu’il est important de considérer.

D’un côté, les serviettes hygiéniques offrent une grande commodité et une facilité d’utilisation. Elles sont largement accessibles et disponibles dans une variété de tailles, d’épaisseurs et de marques, permettant aux femmes de choisir celles qui conviennent le mieux à leurs besoins. De plus, elles sont faciles à utiliser et à jeter, ce qui en fait une option pratique pour de nombreuses femmes.

Les serviettes hygiéniques sont souvent considérées comme plus confortables que d’autres options comme les tampons ou les coupes menstruelles. Elles sont douces pour la peau et peuvent être portées pendant de longues périodes sans provoquer d’inconfort.

Cependant, l’utilisation de serviettes hygiéniques comporte également des inconvénients. Tout d’abord, elles génèrent une quantité importante de déchets, contribuant ainsi au problème croissant de la pollution environnementale. Les serviettes hygiéniques jetables mettent des années à se décomposer dans les décharges, ce qui pose des problèmes écologiques majeurs.

De plus, certaines femmes peuvent éprouver des irritations cutanées ou des allergies en utilisant des serviettes hygiéniques, en raison des matériaux et des produits chimiques utilisés dans leur fabrication. Cela peut entraîner un inconfort et une gêne supplémentaires pendant la période menstruelle.

Le coût à long terme de l’utilisation de serviettes hygiéniques peut être élevé, en particulier pour les femmes qui ont des flux menstruels abondants et qui doivent changer de serviettes fréquemment.

En conclusion, bien que les serviettes hygiéniques offrent une commodité et un confort indéniables, il est important de prendre en compte à la fois les avantages et les inconvénients de leur utilisation. Les femmes peuvent envisager d’explorer d’autres options plus écologiques et économiques, telles que les coupes menstruelles ou les serviettes hygiéniques réutilisables, pour répondre à leurs besoins menstruels tout en réduisant leur impact sur l’environnement et leur propre santé.

Cet article a été rédigé par Adama Hawa Bah – contributrice de Génération qui ose – dans le cadre de la Semaine de l’Hygiène Menstruelle (SHM). 

Des activistes appellent à investir davantage dans la lutte contre les VBG

Les violences basées sur le genre (VBG) sont une problématique mondiale qui nécessite des actions concrètes et des investissements ciblés pour être efficacement combattue. Nous avons recueilli des propositions d’activistes engagées dans cette lutte pour identifier, selon elles, les domaines prioritaires d’investissement.

Aminata Pillimini Diallo, journaliste fondatrice de Actu-elles.infos, activiste et féministe

« Je pense qu’il faut investir dans beaucoup de domaines. D’abord dans l’éducation parce qu’il faut éduquer les filles pour qu’elles puissent comprendre ce qu’elles sont, leurs droits et comment se défendre et dénoncer. Il faut investir dans les ONG en les dotant de moyens financiers et techniques pour qu’elles puissent prévenir et aider. Il faut doter des institutions nationales comme l’OPROGEM et la brigade de Belle-vue de moyens techniques et financiers aussi pour qu’elles puissent agir dès qu’il y a un cas où on les interpelle. Et il faut investir dans la formation de ces agents de police pour qu’ils sachent ce que sont les droits des femmes, les violences faites aux femmes, comment agir et comment aider une victime. Il faut investir dans la formation des ONG et des agents des OSC. Il faut investir sur les filles qui sont de probables victimes et sur les personnes qui aident les victimes, mais surtout investir dans l’autonomisation des femmes car les femmes non autonomes sont les plus à risques d’être victimes de violences ».

Ramata Baldé, blogueuse et activiste

« Il demeure important d’investir dans l’éducation des jeunes filles notamment dans les zones rurales où elles sont encore victimes de déscolarisation, entraînant souvent les mariages précoces et forcés, sources de violences physiques et morales. Il faut investir dans leur éducation en construisant des écoles et centres de formation, en leur donnant accès à des outils scolaires, en sensibilisant les parents et enseignants sur l’importance de la scolarisation des jeunes filles, en veillant à leur insertion professionnelle. Il faut investir dans l’entreprenariat féminin et ainsi participer à l’autonomisation des femmes. Il est important de favoriser l’indépendance financière des femmes car cela favorise les relations d’équité.

Il y a aussi l’empowerment des femmes. Il s’agit de les accompagner dans leurs projets, de créer un environnement favorable à leur épanouissement, un cadre de sécurité, d’inclusivité et d’égalité, en un mot de leur donner le pouvoir de s’affirmer. Investir dans les projets d’empowerment des femmes, c’est donner un souffle nouveau au combat contre les violences à leur égard.

Il faut aussi donner accès aux femmes à des soins de santé de qualité et des centres adéquats où elles pourront non seulement se soigner, mais aussi être libres d’exprimer leurs inquiétudes vis-à-vis de leur sexualité. Dans le même volet, il faut investir dans l’éducation sexuelle qui est une grande arme pour lutter contre les violences. Il faut que les femmes soient assez outillées pour vivre leur sexualité de manière épanouie et se protéger de toute sorte d’abus ».

Nènè Mohamad Bella Diallo, étudiante et chargée de l’information et de la communication de l’Association des Jeunes Leaders pour l’Hygiène

« Premièrement, il faut investir dans l’éducation, ça ouvre plein d’opportunités et permet à la femme d’avoir confiance en elle. Donc de là, que la violence soit verbale ou non, elle connaît ses droits et saura quoi faire pour éviter cela. Deuxièmement, il faut investir dans la sensibilisation pour les amener à dénoncer les violences qu’elles subissent. Troisièmement, il faut investir dans l’entrepreneuriat car si les femmes gagnent par elles-mêmes, elles n’auront pas besoin de se soumettre à un quelconque chantage.

Mais le plus important, c’est de montrer aux femmes que leurs voix comptent, que si elles ont un problème, il y a où se plaindre sans crainte de représailles, donc il faut beaucoup faire parler les ONG. Il faut aussi qu’elles apprennent la boxe. Comme ça, un homme n’osera pas s’arrêter devant elles pour tenter de les violer. Il faut également penser à la justice par l’application des textes de lois car il y a là un gros dysfonctionnement. Il faut enfin investir dans la technologie car il y a des applis de prévention ou d’appel à l’aide ».

Kadiatou Konaté, activiste et ancienne Directrice exécutive du Club des Jeunes Filles Leaders de Guinée

« Pour prévenir les violences à l’égard des femmes, j’estime qu’il est important d’investir dans l’information sur les questions de violences basées sur le genre tant au niveau des femmes que des autres personnes. Cette information est à deux niveaux : l’information sur leurs droits et l’information sur les services de recours en cas de besoin. Ce sont les services de protection qui existent dont l’OPROGEM. Il faut aussi investir financièrement dans les infrastructures de bases et de services de protection (médecine légale, services de prise en charge…) et rendre accessibles ces services de protection dans toutes les communautés afin que la prise en charge des victimes soit de manière effective ».

Propos recueillis par Elisabeth Zézé Guilavogui

Les dernières nouvelles de nous

Vous voulez être informé à temps ?
Inscrivez-vous à notre bulletin d'information !

Génération qui ose est une plateforme d’informations et de sensibilisation sur la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes (SRAJ), de promotion de l’émancipation des femmes et de lutte contre les violences basées sur le genre. Ce projet est porté par l’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI) en partenariat avec le Fonds des Nations-Unies pour la population (UNFPA) et le ministère guinéen de la Jeunesse. Suivez-nous également sur les réseaux sociaux avec le hashtag #GquiOse.

ABLOGUI © Copyright 2024. Tous les Droits Réservés.

Abonnement à la newsletter

Recevez les derniers messages & articles dans votre courrier électronique

Nous promettons de ne pas envoyer de spam:)