La plateforme Génération qui ose fait le bilan de ses activités pour un nouveau souffle

0

L’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI) et ses partenaires (Fonds des Nations-Unies pour la population (UNFPA) et ministère de la Jeunesse) ont organisé, dans la ville de Coyah, du 08 au 10 juillet 2021, un atelier de co-crétation sur l’initiative Génération qui ose. Pendant trois jours, une trentaine d’acteurs évoluant dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes (SSRAJ) ont passé en revue les activités de la plateforme depuis son lancement en juin 2017, avant de se projeter sur les actions futures afin de donner un nouveau souffle au projet pour les prochaines années.

La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le conseiller de la ministre de la Jeunesse et de l’Emploi jeune, chargé des questions de jeunesse et d’activités socioéducatives. « Je souhaite réaffirmer l’engagement du département de la jeunesse avec l’appui de ses partenaires à contribuer à l’émulation de la santé sexuelle et reproductive des jeunes de Guinée, ainsi qu’à leur autonomisation », a rassuré Félix Bomboh.

Prenant la parole pour souhaiter la bienvenue aux participants, Mamadou Alpha Diallo a dévoilé les objectifs de cet atelier. Il s’agit de « faire le bilan de ce qui a été fait depuis le lancement du projet il y a quatre ans mais aussi fixer les orientations de la plateforme Génération qui ose pour les prochaines années », a expliqué le président de l’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI).

Un avis partagé par le représentant du Fonds des Nations-Unies pour la population (UNFPA). Pour Abdourahamane Sagnane, il est tout à fait normal qu’après quatre ans de mise du projet de voir les acquis et les défis de la plateforme. Cette plateforme « est un outil mis à la disposition des jeunes, qui leur appartient. Donc, nous souhaitons qu’elle soit une vitrine, une référence, non pas seulement pour ceux qui évoluent dans la santé sexuelle et reproductive, mais pour tous les jeunes qui utilisent les moyens de communication numériques. C’est le souhait de l’UNFPA », a précisé le spécialiste des Programmes en développement des jeunes au bureau de l’UNFPA en Guinée, partenaire financier de l’ABLOGUI dans la mise en œuvre de ce projet.

Revenant sur le parcours entamé en juin 2017, le chef de projet de Génération qui ose a rappelé les objectifs de départ du projet, dont entre autres :

  • Mener des activités tant sur le terrain que sur internet en faveur de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes ;
  • Lutter contre les violences basées sur le genre ;
  • Produire des contenus de qualité (articles, vidéos, affiches, etc.) sur ces thématiques pour les diffuser sur les différents canaux du projet ;
  • Mettre en place une communauté de jeunes autour de la plateforme dénommée ‘oseurs’ ;
  • Appuyer les acteurs de la société civile évoluant dans le domaine de la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes pour la visibilité de leurs actions.
  • Ainsi, pendant trois jours, des participants venus des organisations de la société civile et des médias ont discuté à travers des travaux de groupe de l’interface de la plateforme, de son contenu, de ses cibles et de sa promotion auprès de celles-ci. Le but étant de redéfinir ses différentes questions, des propositions ont été faites à l’équipe de gestion qui devra se pencher dessus pour en tirer une marche à suivre.

Pour finir, Thierno Diallo a demandé aux participants de faire des réflexions approfondies sur tous les aspects que la plateforme Génération qui ose pourrait aborder pour avoir plus d’impacts dans ses activités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire
S'il vous plaît entrer votre nom ici