L’endométriose, une maladie complexe parfois très difficile à vivre au quotidien, longtemps ignorée et très souvent confondue aux règles douloureuses, touche une personne (qui voit ses menstruations) sur dix. Ce chiffre concerne les personnes pour qui le diagnostic a été posé. Il est donc probable que ce chiffre soit minimisé. Dans cet article, nous allons expliquer ce que c’est que l’endométriose et tout ce qui en découle.

On parle d’endométriose, lorsque des tissus semblables à la muqueuse utérine se développent en dehors de l’utérus. Elle peut apparaître dès les premières règles et durer jusqu’à la ménopause (arrêt des règles).

Les causes de l’endométriose

Pour mieux comprendre cette maladie, il est indispensable de prendre en compte la théorie de la régurgitation (théorie de l’implantation) qui est la suivante : au moment de la menstruation, sous l’effet des contractions de l’utérus, une partie du sang est régurgité (faire sortir) dans les trompes pour arriver dans la cavité abdomino-pelvienne (bas ventre). Ce sang contient des cellules endométriales, des fragments de muqueuse utérine qui, au lieu d’être détruit par le système immunitaire, vont s’implanter puis, sous l’effet des stimulations hormonales passées, se transmettre aux organes de voisinage (ovaire, trompe, intestin, vessie, péritoine, uretère, diaphragme…).

Les conséquences de l’endométriose

Comme toute maladie et au vu de ce qui a été vu plus haut, l’endométriose est ainsi responsable de :

  • douleurs pelviennes invalidantes
  • dans certains cas, d’infertilité
  • des complications peuvent engendrer de graves désordres digestifs ou urinaires (un cancer des ovaires).

Les symptômes de l’endométriose

L’endométriose a des symptômes qui peuvent varier d’une femme à l’autre, entre autres :

  • des douleurs aigues dans le bassin, surtout pendant les règles
  • certaines personnes ont aussi des douleurs pendant les rapports sexuels ou aux toilettes
  • certaines femmes ont du mal à tomber enceinte.

Est-ce que l’endométriose est une maladie grave ?

Elle n’est pas une maladie grave dans le sens où elle n’engage pas de pronostic vital. Les médecins se veulent rassurants : dans 1/3 des cas, l’endométriose ne se développe pas, stagne, voire régresse grâce au traitement (médical ou chirurgical) ou de façon spontanée, notamment pour les formes superficielles.

Cependant, on sait aussi que certaines endométrioses peuvent évoluer vers des formes sévères dont la prise en charge est complexe, d’où l’intérêt d’un diagnostic le plus tôt possible.

Est-ce qu’on peut guérir de l’endométriose ?

L’endométriose se soigne. Les traitements peuvent soulager de manière durable mais les rechutes ne peuvent être exclues, d’où la nécessité d’un suivi médical régulier. Généralement, l’endométriose diminue et disparaît après la ménopause.

En conclusion, l’endométriose reste une maladie complexe. On a même coutume de dire qu’il n’y a pas une mais « des » endométrioses, car cette maladie ne se développe pas de la même manière d’une personne à une autre. Elle est aussi considérée comme une maladie bénigne au sens médical du terme, c’est-à-dire qu’elle n’impacte pas le pronostic vital mais peut être très douloureuse et engendrer de graves conséquences, selon le type de l’endométriose.

Il faut aussi rappeler qu’il n’y a aucun rapport entre l’intensité de la douleur que la femme ressent et le type d’endométriose, une endométriose superficielle, donc moins grave, peut être très douloureuse en raison de la présence de nombreux nerfs.

Pour beaucoup, il est normal que les femmes souffrent pendant leurs règles, et parce que la douleur des très jeunes femmes est très rarement prise en compte. Mais il est important de sensibiliser afin que cette maladie, jusque-là méconnue et normalisée, soit suffisamment connue et que les femmes sachent quand il est nécessaire de consulter un médecin.

Djenabou Souaré – Contributrice de Génération qui ose

Génération qui ose est une plateforme d’informations et de sensibilisation sur la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes (SRAJ), de promotion de l’émancipation des femmes et de lutte contre les violences basées sur le genre. Ce projet est porté par l’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI) en partenariat avec le Fonds des Nations-Unies pour la population (UNFPA) et le ministère guinéen de la Jeunesse. Suivez-nous également sur les réseaux sociaux avec le hashtag #GquiOse.

ABLOGUI © Copyright 2024. Tous les Droits Réservés.

Abonnement à la newsletter

Recevez les derniers messages & articles dans votre courrier électronique

Nous promettons de ne pas envoyer de spam:)